Reponse Juridique - modèle Contrat d exercice commun avec partage des frais - Reponse juridique

Obtenir une réponse juridique par un Avocat
Droit civil - Droit de la consommation - Droit des affaires et de l'entreprise - Droit du travail - Droit du numérique
   
Obtenir une réponse juridique par un Avocat
Droit civil - Droit de la consommation - Droit des affaires et de l'entreprise - Droit du travail - Droit du numérique
Aller au contenu
Un contrat d’exercice avec partage de frais communs permet le partage des frais communs (personnel, matériel…) avec un formalisme plus léger que la constitution d’une société civile de moyens (SCM).


Un contrat d’exercice avec partage de frais communs permet le partage des frais communs (personnel, matériel…) avec un formalisme plus léger que la création d’une société civile de moyens (SCM).

  • Ce contrat permet aux associés de partager des charges (des matériels, personnel, le local…).

  • Les professionnels conservent leur indépendance en termes d’exercice et de responsabilité.

  • Sa signature n’impose pas la création d’une personnalité morale, le formalisme est donc peu contraignant.

  • Ce contrat peut prévoir le partage des frais mais aussi des honoraires, à condition que les professionnels de santé exercent la même spécialité.

  • En pratique, chaque associé règle les dépenses communes (matériel, personnel…) selon une clé de répartition figurant au contrat, et perçoit les honoraires de sa clientèle, qui reste propre.

  • Un compte commun est généralement créé pour le paiement des charges.

  • Attention, l'un des signataires du contrat ne peut contracter seul et directement (pour signer un bail professionnel, réaliser un emprunt, embaucher un salarié).

    • Si les professionnels souhaitent acquérir du matériel commun, l’acquisition ne pourra se faire par la structure (inexistante) et impliquera donc obligatoirement une situation d’indivision entre eux. Ce type de contrat est donc déconseillé pour les professionnels de santé ayant des dépenses d’investissements importantes et souhaitant investir en commun.
    • Les professionnels de santé sont contraints d’employer chacun les salariés communs à temps partiel, contrairement à une structure de type SCM où c’est la société qui sera seul employeur des salariés communs de ses membres.

Téléchargement d'un modèle de contrat d'exercice en commun avec partage de frais : 29,00 € TTC

Assistance creation de contrat
Obtenir un modèle de Contrat d'exercice en commun avec partage des frais

Un contrat d’exercice avec partage de frais communs permet le partage des frais communs (personnel, matériel…) avec un formalisme plus léger que la constitution d’une société civile de moyens (SCM).


Un contrat d’exercice avec partage de frais communs permet le partage des frais communs (personnel, matériel…) avec un formalisme plus léger que la création d’une société civile de moyens (SCM).

Ce contrat permet aux associés de partager des charges (des matériels, personnel, le local…).

Les professionnels conservent leur indépendance en termes d’exercice et de responsabilité.

Sa signature n’impose pas la création d’une personnalité morale, le formalisme est donc peu contraignant.

Ce contrat peut prévoir le partage des frais mais aussi des honoraires, à condition que les professionnels de santé exercent la même spécialité.

En pratique, chaque associé règle les dépenses communes (matériel, personnel…) selon une clé de répartition figurant au contrat, et perçoit les honoraires de sa clientèle, qui reste propre.

Un compte commun est généralement créé pour le paiement des charges.

Attention, l'un des signataires du contrat ne peut contracter seul et directement (pour signer un bail professionnel, réaliser un emprunt, embaucher un salarié).

Si les professionnels souhaitent acquérir du matériel commun, l’acquisition ne pourra se faire par la structure (inexistante) et impliquera donc obligatoirement une situation d’indivision entre eux. Ce type de contrat est donc déconseillé pour les professionnels de santé ayant des dépenses d’investissements importantes et souhaitant investir en commun.
Les professionnels de santé sont contraints d’employer chacun les salariés communs à temps partiel, contrairement à une structure de type SCM où c’est la société qui sera seul employeur des salariés communs de ses membres.

Autant d’exemplaires que de parties.
29.00 €(TVA incl.)
Ajouter
Obtenir une assistance juridique complémentaire, par un avocat :
Consulter mon profil Avocat.fr
Foire Aux Questions -  FAQ :

Que vous propose ReponseJuridique.fr ?

Ce site vous permet : d'obtenir une réponse juridique, claire, précise, confidentielle, par un avocat soumis au secret professionnel ; de télécharger des modèles d'actes et de contrats ; d'obtenir une proposition de devis par un cabinet d'avocats pour votre affaire ou un projet, et tout cela avec un budget maitrisé à l'avance.
En résumé, les services de consultation juridique de Reponsejuridique.fr vous permettent de sécuriser juridiquement vos projets ou d'avoir une réponse par un avocat à vos questions juridiques.

Quels sont les domaines juridiques de ReponseJuridique.fr ?

Vous pouvez poser vos questions sur ReponseJuridique.fr dans les domaines du droit suivants  : le Droit civil, le Droit de la consommation, le Droit des affaire et de l'entreprise, le Droit du travail et le Droit du numérique.

  • Droit civil :  Le droit civil est une branche du droit privé qui régit les rapports entre les personnes. Il est divisé en plusieurs branches principales : le droit des obligations et le droit des contrats spéciaux (contrat de bail, prêt...), le droit des personnes (Tutelle, curatelle), le droit de la famille (pension alimentaire, divorce...), le droit des biens (propriété, trouble de jouissance...), le droit des successions.

  • Droit de la consommation : Le droit de la consommation est une branche du droit privé qui régit les rapports entre le consommateur et le professionnel. Le code de la consommation donne la définition suivante du consommateur et du professionnel : on entend par "consommateur" : toute personne physique qui agit à des fins qui n'entrent pas dans le cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole ; par "non-professionnel" : toute personne morale qui n'agit pas à des fins professionnelles ; et par "professionnel" : toute personne physique ou morale, publique ou privée, qui agit à des fins entrant dans le cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole, y compris lorsqu'elle agit au nom ou pour le compte d'un autre professionnel.

  • Droit des affaires et de l'entreprise : Le droit des affaires et de l'entreprise est (en général) une branche du droit privé. Il englobe le droit des sociétés qui regroupe l’ensemble des règles régissant la création, le mode de fonctionnement et la dissolution des sociétés de droit privé (SARL, SAS, SASU, SCOP...), le droit de la concurrence qui définit les relations entre les agents économiques dans leurs rapports au marché (pratiques anticoncurrentielles....), le droit des procédures collectives qui concerne les procédures de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire des entreprises en difficultés, le droit de la propriété intellectuelle (marques, savoir-faire...) et industrielle (brevet...), le droit bancaire qui régit l’activité bancaire et le droit cambiaire (lettres de change).

  • Droit du travail : Le droit du travail est une branche du droit privé qui régit les relations entre un employeur et son employé. Il définit la création, la réalisation et la rupture d'un contrat de travail, les libertés syndicales, les normes de sécurité dans le cadre du travail ainsi que la protection des travailleurs vulnérables.

  • Droit du numérique : Le droit du numérique est une des branches du Droit des "Nouvelles" Technologies de l'Information et de la Communication (NTIC). Il règle les questions liées à la protection de la vie privée, la protection de la propriété intellectuelle et l’accessibilité numérique. Il s'applique principalement aux problématiques relatives aux internet (CNIL, protection des données personnelles - RGPD,  droit à l’oubli, certaines infrations commises sur l'internet (revenge porn, diffamation, injure)...)

Quels sont les services de ReponseJuridique.fr et quel est leur coût ?

Vous avez le choix entre plusieurs prestations juridiques :

Obtenir une réponse juridique simple, par téléphone, par un avocat, pour 35 €, ou obtenir une réponse juridique, écrite, à une question simple pour 25  €.
Une question simple vous permet de poser votre question et de recevoir une réponse concise accompagnée de la règle de droit correspondante.

Obtenir une consultation juridique developpée, pour une ou plusieurs questions plus complexes, pour 150 €.
Une consultation juridique vous permet d'insérer des pièces jointes et d'obtenir une réponse personnalisée et détaillée.

Télécharger des modèles d'actes juridiques et de contrats, validés par un avocat, pour un budget à partir de 39 €.

Obtenir un devis par un avocat pour une affaire ou un projet, comme par exemple la rédaction d'un contrat, de conditions générales, une affaire judiciaire...etc.

Pourquoi passer par le site internet Reponsejuridique.fr ?

Contrairement aux forums juridiques et sites internet d'informations juidiques qui sont très nombreux sur la toile, sur ReponseJuridique.fr vous êtes assuré(e) d'avoir une réponse fiable d'un professionnel du droit, un avocat, qui analysera votre situation, votre question, et qui vous communiquera un véritable conseil juridique adapté, à vous, et non une simple information juridique basique. Cela permet de vous assurer d'une meilleure sécurité juridique.

Derrière les sites internet dits d'information juridique, les réponses sont rarement données par des avocats, ce qui peut vous porter atteinte à votre sécurité juridique.

Qui gère le site internet Reponsejuridique.fr ?

ReponseJuridique.fr est édité par le cabinet d'avocats de Maître RAINIO.

Maître RAINIO est avocat inscrit au Barreau de LYON depuis 2009.

Il est titulaire d’un Master 2 Professionnel Droit des affaires et de l'entreprise, d’un Master 2 Recherche de Droit Privé fondamental, et du Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat.


Ses domaines d'intervention sont principalement le droit des affaires et de l'entreprise, le droit du numérique ainsi que le droit social. Ces matières étant pratiquées par le cabinet, elle se retrouvent sur le site internet reponsejuridique.fr.

Si votre question porte sur un autre domaine du droit qui n'entre pas les compétences du cabinet d'avocats Rainio, nous vous proposerons de contacter un autre professionnel compétent en la matière.
Retourner au contenu